mercredi 6 octobre 2010

Deuxième journée au zoo

Je pensais avoir vécu une journée de rêve la veille, je n'avais rien vu encore! Réveil au son du rugissement de Pasha le lion, c'est plus agréable qu'une sonnerie de réveil-matin quand même. Bon, pas de grasse matinée, je dois aller conduire Jacques à sa réunion, à une vingtaine de kilomètres du zoo. Nous prendrons les routes de campagne pour éviter le trafic de Toronto (sage décision!).

J'amène le travailleur et revient au zoo. J'ai décidé, après mes rencontres de la veille, que je préférais rester au zoo pour la journée plutôt que d'aller errer sans but à Toronto, ville que je connais quand même bien. Aussitôt arrivée, je vais voir les lions arctiques et ceux-ci se précipitent vers moi pour se faire flatter à travers le grillage et me lécher abondamment. Impressionnant (voir le vidéo ICI).

Ensuite, je retourne retrouver mes amis félins. Le zoo est désert, seul le propriétaire s'affaire à peindre une nouvelle clôture qui servira à éloigner les petits amis téméraires du bébé tigre qui n'est plus un bébé tigre et qui pourrait bien arracher un petit doigt imprudent! Le tigre m'accueille comme la veille au soir, par contre les lynx veuillent plus jouer que se faire caresser (voir le vidéo ICI) .

J'entends ensuite un son à glacer le sang si on est en forêt la nuit mais qui m'attire irrésistiblement dans les conditions actuelles : les loups hurlent et se répondent d'un enclos à l'autre. Je traverse le zoo à toute allure pour aller les observer du haut de la tour et je m'essaie au langage loup pour participer à la conversation, avec un certain succès d'ailleurs, puisque les loups semblent me répondre quelquefois. Wow, c'est spécial! Du coup, le gros tigre s'y met aussi et sort de ses herbes hautes en mêlant ses rugissements aux hurlements des loups (voir le vidéo ICI)...

Pour avoir rencontré le propriétaire la veille, je sais qu'il est très volubile et prêt à parler de sa vie, passionnante et bien remplie. Il a une soixante-dizaine d'années, est allemand et il nous a interpellé la veille en nous racontant une blague raciste sur les noirs. Oups. Malaise. Du coup, alors qu'il s'apprêtait à en raconter une autre, je lui mentionne mine de rien que nous sommes les fiers parents d'une petite fille noire. Re-malaise. Il essaiera ensuite de se faire pardonner la journée suivante en me racontant de nombreuses blagues où les méchants sont allemands et les gentils sont français.

Bref, je retourne voir le propriétaire en question pour jaser avec lui, parle parle jase jase, il aime parler et j'aime écouter alors on s'entend très bien! Après une trentaine de minutes de conversation unilatérale, il me lance : "veux-tu venir voir le bébé lion dans la maison"? Wow, je ne vais sûrement pas dire non! Le zoo offre une activité payante où on peut rencontrer des animaux et les prendre dans nos bras - quand ils sont assez petits pour cà! - mais Jacques n'était pas chaud à l'idée de le faire, alors l'offre du monsieur en est d'autant plus attirante!

Il finit de peindre sa clôture et m'invite ensuite à le suivre dans "l'arrière-scène". Nous faisons d'abord le tour de son poulailler (d'où viennent les oeufs frais dans le frigo de l'appartement), il me montre fièrement la lumière solaire qu'il a installé la veille et nous allons ramasser les 5 oeufs de ses 6 poules. Il me présente aussi sa moufette et son renard apprivoisés, et me fait faire le tour du jardin et de son abri d'autos pour me montrer tout ce qu'il a construit de ses mains. C'est très impressionnant de rencontrer quelqu'un d'aussi travailleur et doué manuellement! Nous entrons ensuite dans la maison et, avant d'aller voir le lionceau enfermé dans la cuisine, il me fait faire le tour du propriétaire, me montre ses photos de famille (wow, sa femme était une top-modèle étant jeune, elle a même fait partie du concours Miss Canada, et lui était aussi un beau bonhomme ;-), ses oeuvres d'arts, les sculptures rapportées du Mexique et d'Afrique. C'est fascinant et passionnant.

Puis il ouvre la porte de la cuisine et bébé lion apparait. Oh la la qu'il est petit. Et trop mignon. Il n'apprécie pas trop de se faire prendre mais son rugissement n'est pas très impressionnant, va falloir pratiquer ti-pit! Le proprio, Wolf, me propose de me prendre en photo avec dehors, aussitôt dit aussitôt fait. Il prend aussi des photos de ses autos, je promets de les lui envoyer dès mon retour (c'est fait). Je le remercie profusément pour la visite et le temps qu'il m'a consacré, je me sens vraiment privilégiée et sur un petit nuage. Quels beaux moments j'ai passés!


Lorsque Wolf apprend que je dois attendre que Jacques ait fini sa réunion pour aller le chercher, il téléphone à sa femme pour lui demander si je peux profiter de l'appartement plus longtemps que l'heure de départ prévu (13h00). Youpi, je pourrai rester jusqu'à 3 heures, donc dîner tranquillement de ce qui reste dans le frigo et profiter encore un peu des animaux. L'après-midi se passe donc agréablement, mais il faut bien partir, je vais remercier sa femme, et rechercher Jacques qui a manqué tout cà mais qui a quand même eu une journée profitable. Retour archi-ennuyant sous la pluie, beurk, c'est long 4 heures sur l'autoroute...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Une nouvelle maison

Bon, pas tout à fait, mais c'est une version améliorée de notre vieille demeure.  D'abord, la terrasse : Puis, enfin...