mardi 30 novembre 2010

Embêtant un peu quand une petite fille se présente au secrétariat parce qu'elle a mal au coeur, qu'on appelle sa mère, que l'on comprend que celle-ci va venir la chercher et qu'en attendant, la gamine va se coucher et qu'elle se relève une heure 30 plus tard, à 4h15, en demandant si les bus partent bientôt parce qu'elle avait dit qu'elle se coucherait jusqu'au départ des autobus (pas jusqu'à ce que sa mère arrive). Sauf que, heu..., les bus sont partis depuis 30 minutes.

Les yeux s'élargissent, se remplissent de larmes, et je m'exclame d'un ton enjoué "ne t'inquiète pas, je vais appeler ta maman..." ("elle n'a pas d'auto") "...et je vais te reconduire chez toi".

Aussitôt dit, aussitôt fait, ouf!

mercredi 24 novembre 2010

Harmonie à Québec

Ma belle Isabelle se prépare en ce moment à quitter l'école en compagnie de deux enseignants de musique et de 3 étudiants musiciens, qui ont eu l'honneur, comme elle, d'être choisis pour représenter sa polyvalente au Grand Concert FAMEQ (Fédération des Associations des Musiciens Educateurs du Québec), à Québec.

Au courant des 5 dernières années, notre percussionniste préférée s'est distinguée, un peu malgré elle, comme joueuse de xylophone et c'est la deuxième fois que ses prouesses de xylophoniste lui valent une nomination spéciale. L'année dernière, c'est l'enseignant de l'Harmonie de secondaire V de l'école qui lui avait demandé de les accompagner au concours provincial des Harmonies à Sherbrooke.

Cette fois, elle part jusqu'à samedi (4 jours), et le Grand Concert aura lieu vendredi soir. J'ai vaguement pensé aller la voir, mais la route (5 heures) et la météo annoncée vendredi (entre 10 et 25 cm de neige) m'ont un peu découragée. Je l'encouragerai mentalement!

Et j'espère qu'elle oubliera un peu le stress de la performance et qu'elle s'amusera...

Une de ses pièces :
Various Artists - Rapunzel 4_The End

Powered by mp3skull.com

Et une autre :
Balkan Dreams 2

Powered by mp3skull.com

Écoutez le xylophone de 1mn à 1mn30, ouf... Isabelle n'aimait pas trop cette partie-là, surtout qu'elle revient souvent! Vas-y ma cocotte, t'es BBFC (Belle, Bonne, Fine et Capable)!!

La photo date de 2006, au tout début de son apprentissage de percussionniste :-)

jeudi 18 novembre 2010

Est-ce normal d'avoir des pensées socialement incorrectes en ce moment-même, alors que je tiens un lecteur de codes à gachette à la bibliothèque de l'école, en face d'une classe particulièrement dissipée? Tt tt tt, honte sur moi...

Hum...

Cà veut dire quoi quand on attend a un coin de rue que la lumière passe au vert jusqu'à ce que l'un des 4 automobilistes très patiemment arrêtés derrière klaxonne parce qu'on est à un "stop" ??? Sénilité ou fatigue?? On va dire fatigue...

mardi 16 novembre 2010

J'en veux d'autres!

Hé ho, non non, pas d'autres bébés! D'autres suppléances comme celles d'aujourd'hui. D'abord parce que les dépenses plates (tsé genre style "manufold à 750$ de l'auto qui lâche" ou "chauffe-eau qui n'est plus couvert par l'assurance donc qu'il faut changer") nous tombent dessus comme les rayons de soleil ces derniers jours, ensuite parce que des dépenses le fun nous tendent les bras en nous suppliant de craquer (genre les savons et autres produits ultra-tentateurs de "La Prétentieuse" ou le contenu intégral des magasins style Future Shop ou La Source - je sais, je ne suis pas une femme normale), mais aussi parce que où peux t'on gagner 50$ de l'heure en faisant du scrapbooking ou en travaillant sur ses dossiers-Haïti??

Première suppléance : le local d'encadrement de la polyvalente près de chez nous. Synonyme : chambre de torture des ptits comiques qui préfèrent niaiser en classe qu'écouter le prof. J'angoisse un peu, j'imagine les chaises qui revolent, les grands-gros qui refusent de travailler, les défiants, déviants, déments, dérangeants...

Ben non. C'est calme. Très très calme. Je suis dans mon aquarium de verre, à surveiller morosement quatre étudiants moroses qui ont écopé de 1 heure de retenue, ou la journée, selon leur crime, et qui copient en silence et sérieusement (oui oui!), leur phrase débile genre "je ne défierai plus l'enseignant et j'écouterai en classe" sur des pages recto-verso. Bon. Je sors mon mignon portable et je travaille sur mes affaires, alors. Tant qu'à m'ennuyer! Une heure 15 plus tard, c'est déjà terminé, dommage, je pars affronter les vraies classes, en l'occurrence, celle de mathématiques.

Premier cours de maths : groupe de 31 élèves, tout ce qu'il y'a de plus classique. Celui qui dort, celui qui fait rire les autres, celui qui rit, celui qui lit (Harry Potter, c'est bien mais il est supposé faire des maths), celui qui fait rouler son crayon sur le mur aller-retour pendant une heure, celles qui veulent aller aux toilettes because urgence-menstruations (je compatis et je laisse), celui qui veut y aller pour la même raison (je ris et je ne laisse pas), celui qui a oublié son cahier de maths (comment peux-t'il aller à un cours de maths et oublier son cahier??), etc. Je n'ose pas sortir mon portable, je sens le groupe un peu trop instable.

Cours suivant, maths aussi, même matière, mais le groupe est plus petit et plus sympa, allez, je sors mon portable, et j'ouvre mon logiciel de scrapbooking. Et mon dossier Haïti, pour pouvoir cliquer dessus quand un élève vient me voir, cà fait quand même plus sérieux. Suppléance tranquille, j'ai le temps de finir une page de scrapbook, je jubile...

Demain, une petite heure et demi de secrétariat et jeudi matin, une suppléance en 3ème année. Ce sera moins rigolo.

samedi 13 novembre 2010

De retour hier soir d'un autre séjour génial de deux jours au Jungle Cat World, près de Toronto. Les enfants ont trippé au maximum sur les animaux. Les hits :
- s'attendrir encore une fois devant la complicité fraternelle


- caresser les loups artiques (et, dans le cas de Magali, se faire lécher le visage par eux, beurk)


- voir l'employée serrer la patte d'un jaguar noir


- jouer avec les lynx

- chasser les mouches


- agacer les tigres de Sibérie (courir le long de leur cage et sauter en l'air pour le plaisir de les voir faire pareil de leur bord, très rigolo)


- écouter hurler les loups et ...les singes

- voir un loup gris osciller entre le plaisir de se faire caresser et le besoin de montrer sa dominance (= je me frotte à la main qui me caresse mais je montre mes crocs d'un air féroce...)


- donner la main aux singes


- flatter les chèvres et les lamas


- voir une des employées promener un des gros tigres de Sibérie à la laisse dans le jardin


- admirer Simba, le petit lionceau de 3 mois


- profiter du confort, de la beauté de l'appartement et du contenu de son frigo (genre dévorer TOUS les yogourts gracieusement offerts par la direction - au moins une douzaine minimum). Devoir faire ses devoirs n'a pas été un hit, par contre...



Pour toutes les photos, voir ici : http://www.flickr.com/photos/97182823@N00/sets/72157625259237899/

mercredi 10 novembre 2010

Ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir

Ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir, ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir,ne pas oublier la réunion avec l'enseignante ce soir

De Montréal à Toronto en passant par Haïti

Bon, une petite pause bien méritée après 2h30 de travail sur les dossiers d'SOS Haïti. Qui aurait cru que ce serait si long de faire des fiches sur 84 enfants, avec photo et description, et ensuite de créer un dossier excel pour avoir la liste de tous les enfants, avec leur âge, niveau scolaire, parrainés ou pas, orphelins ou démunis... Ouf... Mais belle-maman sera contente, c'est elle qui s'occupe du parrainage et une telle liste lui sera bien utile!

Hier, escapade aller-retour en soirée pour Montréal, afin de profiter de la journée Portes Ouvertes au Cegep où Isabelle veut aller si elle décide de suivre le programme en Techniques de Réadaptation. C'est le même Cégep où va François en Tourisme, donc pratique au niveau du logement si le frère et la soeur habitent ensemble. Et rassurant pour la maman! Après avoir affronté le trafic montréalais (beurk beurk triple beurk), nous avons visité les lieux, les locaux de réadaptation physique, rencontré des élèves et des professeurs, c'était très intéressant. Ensuite, direction le chateau de François pour lui remettre son nouveau téléphone cellulaire (ouah, François avec un cell! Ceux qui le connaissent comprendront la portée de l'évènement, mais il n'avait pas le choix, n'ayant pas le téléphone à l'appartement). Il nous avait mijoté de délicieux hamburgers au porc et oignons, c'était super agréable. Et nous étions de retour au home sweet home vers 22h15.

Demain, on reprend la route, cette fois dans l'autre sens, puisque nous nous dirigerons vers Toronto où Jacques a un rendez-vous-business vendredi. Nous allons coucher au même endroit que la dernière fois (le super bed-and-breakfast-zoo) mais cette fois nous amenons les 3 plus jeunes avec nous, en profitant d'un congé scolaire de 2 jours. Et vendredi, nous irons probablement nous promener dans la grande ville de Toronto avant de retrouver l'homme après son travail. Ouééé!

mardi 9 novembre 2010

Promener?

On peut faire toutes sortes de choses pendant qu'un bain coule (enfin, chez nous, parce qu'avec la pression qu'on a, on a le temps de déjeuner, préparer nos lunchs et se brûler les cheveux au fer avant que le bain soit plein!). Comme sortir le chien. Et le regarder filer par le trou dans la clôture qui, la veille et les 10 autres jours avant, semblait beaucoup trop petit pour lui et ne l'avait jamais intéressé. Là, pffft, plus de chien. Et je suis en robe de chambre et pantoufles. Je pense vaguement à retourner me coucher la tête sous l'oreiller mais ce n'est pas une option raisonnable. Dommage.

Alors, j'essaie ma nouvelle tactique. Je vais prendre la laisse du chien et la lui montre en prononcant le mot magique "promener!". Il hésite, et part en courant entre les autos vers la rue où j'entends le trafic du matin passer à 80km/h. Cri de mort-réveilleur de voisins. Le chien arrête, j'en profite pour l'attirer vers l'arrière de la maison toujours avec la laisse et la litanie "promener-promener-promener". Il suit. La curiosité l'emportera toujours ce chien (c'est toujours mieux que le pick-up du voisin). Après un peu de valse-hésitation (pourquoi se promener avec une laisse alors que je peux me promener tout seul?), il craque et je peux lui attacher la laisse. Du coup, si je veux que mon truc remarche la prochaine fois, il faut que j'aille le promener, non? Sinon, il ne me croira plus. Alors, me voilà à prendre une petite marche dans la forêt, en robe de chambre et pantoufles on se souvient. Charmant. Petit tour rapide et frigorifiant et retour à la maison.

J'arrête le bain.

Je bouche le trou de la barrière avec du fil téléphonique (à défaut de trouver autre chose).


Je cherche une autre barrière sur les petites annonces. Bingo, trouvé!

Et, là, je peux aller faire mon café et mes toasts.

Cà sent la journée poche cà...

D'ailleurs, Magali vient de redescendre, elle était allée se recoucher (sans que je le sache) et là, elle est 25 minutes en retard sur son horaire normal. Poche je vous dis...

vendredi 5 novembre 2010

Les suppléances se suivent...

... et ne se ressemblent pas.

Nouvelle école, nouveaux élèves, nouveaux défis. En plus, je remplace le professeur d'anglais, un vendredi après-midi très pluvieux : tous les ingrédients sont là pour la recette d'une suppléance infernale... J'appréhende un peu...

Premier groupe : je mets les élèves dans ma poche assez vite, on s'entend bien, ils écoutent, wow, cà va super bien malgré la surveillante de dîner qui m'a souhaité "bonne chance" d'un air entendu en me laissant le groupe. Je m'auto-félicite, je m'en viens bonne, vive l'expérience qui rentre, hey, c'est pas si pire finalement la suppléance, je ne suis plus si décue finalement que mes projets de correction-traduction n'aboutissent pas.

Ha ha. Deuxième groupe. Un peu plus de temps pour obtenir le silence, un élève qui bondit partout comme un kangourou en lancant insultes et défis à tous ceux qu'il croise, impossible de le faire asseoir ni de le faire taire, cà commence mal. Je profite d'un silence relatif et temporaire pour me présenter et présenter le travail. L'élève déchaîné en entraine d'autres à sa suite, c'est la cacophonie et je commence à douter un peu de la suite. J'envoie l'élève hors de la classe, direction salle de réflexion, cà ne règle pas grand chose, il revient après 5 minutes, fanfaron et bruyant, je dois appeler la secrétaire pour qu'il daigne ressortir en glapissant son indignation. Et je passe le reste de la période à écrire des noms sur ma liste rouge (pfff, j'aurais dû écrire le nom de ceux qui ne dérangeaient pas, c'aurait été moins long), à menacer de mettre dehors ("juré, je ne -cochez - : parle plus, chante plus, rote plus, crie plus, me lève plus"), à changer les élèves de place, à répéter 100 fois les consignes du travail, je suis épuisée et totalement découragée. Le cours fini (l'élève tannant est revenu 15 minutes avant la fin et a fait la bamba les 15 dernières minutes), j'ai juste envie de pleurer et d'aller donner mon cv à l'épicerie ou au café le plus proche. Je me trouve poche, surtout quand l'enseignante m'affirme que c'est un bon groupe, meilleur que les autres années. Mais, ajoute t'elle, bon, c'est vrai que J. ne fonctionne pas du tout quand c'est une suppléante. ...................
........
........
......... Ben, sortez-le avant que j'arrive, enfermez-le dans un placard, je ne sais pas moi, je fais quoi avec un élève qui "ne fonctionne pas du tout quand il y'a une suppléante" et qui désorganise toute la classe? Je m'asseois au bureau et j'attends que la période passe? Grrrr... Du coup, à l'épicerie, j'ai acheté la bière aromatisée la plus forte du lot, elle accompagnera bien mon petit shooter de whisky au retour! Hips!