samedi 1 décembre 2012

En vrac : Première neige cette semaine, le 26 novembre, un petit 3-4 cm, mais qui est resté, merci aux températures glaciales!


Qui dit "première neige" dit "apparition des lutins". Ceux-ci sont originaires du Lac St-Jean mais on commence à en trouver un peu partout au Québec. J'ai donc mis un piège en espérant avoir la chance d'en attraper un et de le garder avec nous jusqu'au 24 décembre, date à laquelle il retournera aider le Père Noël pour la distribution des cadeaux. Il faudra se méfier par contre : s'ils sont sages pendant la journée, la nuit, certains lutins peuvent être très coquins et jouer des tours pendables :-)



En ce qui concerne les enfants, tout va bien. Catherine adore son programme, excelle dans son cours d'animation qui lui vaut toutes les louanges de son enseignant, Isabelle collectionne les notes au-dessus de 90% dans des matières très difficiles, François en arrache un peu avec les cours de sciences et maths (sauf physique, qu'il aime beaucoup, ô surprise!) mais est très motivé par son programme...et par les amis qu'il s'y est fait, Emmanuel aime son XBOX un peu trop et pas assez étudier (mais on va régler cà à la prochaine session, hein Manu?) et Magali va toujours bien à l'école, malgré quelques retenues dues à ses retards et ses oublis de matériel, oups. François et Isabelle auront leurs premiers stages à la prochaine session, à suivre!

Et, malheureusement, Harper continue ses idioties. Une vraie honte. À en devenir séparatiste! Son dernier "exploit" :
                                       
La honte... Bon, un petit coup de courage et mettons-nous au ménage et au lavage du samedi matin!

dimanche 9 septembre 2012

Bravo François!!

Les résultats de son premier demi-marathon, à Granby, le 9 septembre :



Wééé, tu es le meilleur mon fils!!

vendredi 7 septembre 2012

Karaoké

Et pour ceux qui veulent entendre François exercer son talent de chanteur....

Cot cot cot codekkk!

Le premier travail de Cathou à l'université : créer un Flipbook avec comme sujet... un poulet !  Mission accomplie...



jeudi 6 septembre 2012

Qui a dit que...

... quand les enfants partaient de la maison, c'était les vacances???

Aujourd'hui :

- François (Laval) s'est fait voler son vélo = passé une bonne heure à échanger courriels, textos, chercher photo du vélo, annoncer le vol sur Kijiji et Facebook...

- Isabelle (Laval ) était déprimée par la masse de travail qui l'attendait et les difficultés en français = la réconforter, chercher des solutions avec elle, l'encourager...

- Catherine (Montréal) est à la recherche d'un emploi = nombreux appels téléphoniques et courriels pour me tenir au courant des démarches (j'adore, n'empêche!), de ses inquiétudes, de ses questionnements et, finalement, de sa fierté d'avoir été engagée.  Dans un petit café qui vend du café en vrac, des pâtisseries, sandwichs, machines expressos, etc.

- Emmanuel (à la maison) n'aimait pas les couvre-livres "trop filles" que je lui avais installés sur ses livres (je suis paresseuse moi, j'achète des trucs en tissu tous faits, qui coûtent un prix de fou, mais qui prennent 30 secondes à mettre sur un livre et se réutilisent d'années en années - enfin quand l'enfant pense à les ramener à la fin de l'année - rarement quoi...) = chicane pour lui prouver que le bariolé cà ne fait pas fille, j'ai perdu mais par contre, je l'ai convaincu de faire lui même son emballage de livres, avec le $*?$&? de papier plastique impossible à mettre et à faire tenir sans scotcher la moitié du livre avec (iiiii, interdit, on ne doit pas TOUCHER au livre avec le Scotch Tape!).  Je sens qu'après 5-6 livres, il trouvera que le bariolé, finalement, ce n'est pas si fille que cà, hé hé...

- Magali (à la maison) ............ Rien.  Rien de rien.  Rien demandé, pas de problèmes, pas de profs méchants, de copines traîtresses, d'objets disparus.  Et j'ai même pu lui demander de vider la machine ET de décortiquer mes crevettes sans effets secondaires néfastes pour ma patience!  Yééééé!

Tranquille, vous avez dit???

Mes beaux enfants...



Un résumé du "Printemps étudiant"

Pour ceux et celles qui n'ont pas suivi ou qui veulent un petit "souvenir", voilà un document (cliquez ICI) qui rassemble plus de 500 pages d'articles et de photos ramassés entre le mois de mars et le mois de septembre 2012.  Pour qu'on n'oublie jamais...

mercredi 5 septembre 2012

Drôles d'élections...

Après avoir milité presqu'activement pour le carré rouge (bon, je l'ai porté, j'ai été à 3 manifestations et failli me brouiller avec ma soeur, c'est quand même honorable), je l'ai enlevé aujourd'hui.

Avec un petit arrière goût amer.  Pas de défaite, non.  De travail non-complété.  Ou insatisfaisant.  Oui, Jean Charest est parti, oui, le Parti Libéral n'a pas été réélu.  Bon.  C'est déjà cà.  Mais l'attentat qui a tué un père de famille pendant les réjouissances péquistes et la haine qui a suivi sur les réseaux sociaux m'ont abattue.  De lire de la part de gens que j'estime estimais qu'ils vont plier bagages et partir parce que la "bitch" a été élue, cà m'a abasourdie.

Le Parti Québécois a été élu.  So what??  Ce n'est pas la première fois.  Et le monde ne s'est pas écroulé!  Peur du référendum?  Voyons donc, jamais Pauline Marois n'en a parlé dans sa campagne et jamais elle ne s'y risquera avec 33% des votes!  Pas besoin d'être la tête à Papineau pour le savoir... Bon, elle veut durcir les lois sur le français, par rapport aux Cégeps.  Moi, c'est sûr que je m'en fous, et avec son parti minoritaire, good luck, jamais le PLQ et la CAQ ne la laisseront faire.  A part cà, c'est quoi le problème??  Revoir le dossier de l'Ile d'Anticosti et le Plan Nord?  Bravo!  Bonne chance aussi.

Que 32% des gens aient voté pour Jean Charest, cà cà me sidère.  La CAQ, ok, à la limite je peux comprendre, même si leur chef est une vraie girouette et a des idées totalement farfelues, c'est un petit nouveau, et, surtout, il ne veut pas d'un référendum (pssst, Pauline non plus!).  Mais quand on sait toutes les magouilles de Jean Charest dans tous les domaines, il faut être maso pour voter pour lui.  Ou bien c'est parce qu'on se fout de la politique pis qu'on ne sait pas.  Ou bien c'est parce que de gentils bénévoles sont allés faire voter des petites madames Alzheimer qui étaient bien contentes d'avoir de la visite et de faire plaisir à ces gentils petits.  Je ne comprends pas.

Bon, je me suis défoulée sur Facebook pendant 5 mois, je ne vais pas continuer ici.  Promis, je n'en parle plus.  J'essaie.  Mais j'ai de la peine aujourd'hui, le Québec m'inquiète...

Ah oui, j'ai enlevé mon carré rouge parce que Pauline Marois a dit qu'elle respecterait sa promesse et annulerait la hausse des frais de scolarité et la loi 78 par décret ministériel.  A suivre!

Pis en passant, je suis fière de dire que je suis dans le très très faible pourcentage qui n'a pas voté CONTRE un parti mais POUR un parti.  Ouais.  J'ai peut-être perdu mes élections mais je suis en paix avec ma décision.  Et même si je suis contente que Madame Marois soit élue, je pourrai toujours clamer que je n'ai pas voté pour elle si elle se révèle une mauvaise première ministre, hé hé...

vendredi 31 août 2012

De retour... peut-être!

Oups, 6 mois sans messages, un record!  Je ne ferai pas de résumé des derniers 6 mois, trop long, je vais simplement reprendre où j'en suis, en cette semaine de rentrée des classes...

Dominique et ses deux grandes filles, Marine, 17 ans, et Klaine, 15 ans (5'10) étaient de passage chez nous hier soir après avoir assisté au mariage de Christine (la cousine de Jacques) à Raleigh.  Jacques y a été aussi, le chanceux, en avion.  Pas moi.  Snif.

Bref, il faut que je mentionne le menu du souper, trop bon, à refaire absolument :
- Filet de porc à la dijonnaise
- Légumes du jardin sur le barbecue
- Et, bien sûr, mon traditionnel gâteau aux poires accompagné d'un merveilleux sorbet aux fruits

Rajoutez du bon fromage avec du pain français, du bon vin et vous voilà prêts pour une magnifique soirée!

+++++++++++++++

Bon, puisqu'on parle de rentrée des classes, je fais quand même un résumé de "qui rentre où" :

1) François : à cause de la grève des étudiants et de la fin de la session d'hiver qui est donnée en août et septembre, François ne fera sa rentrée qu'au début octobre, en "Enseignement des Sciences au Secondaire", à l'Université de Montréal.  Tout un changement pour lui après 3 sessions en tourisme... Et après avoir décrété haut et fort pendant son DEC en Sciences de la Nature qu'il ne voulait rien savoir des Sciences... Comme quoi!  Il habite toujours en appartement, avec Isabelle, à Laval.

2) Catherine : déménagée depuis samedi dernier dans sa grande chambre double dans le quartier Villeray, à Montréal, elle entrera le 5 septembre à l'Université Concordia, en "Film Animation" au Mel Hoppenheim School of Cinema.  Preuve de son talent, non seulement a t'elle été acceptée sans entrevue à Concordia, un programme très contingenté, mais elle a aussi été acceptée au Centre Nad, une autre école d'animation, plus basée sur le 3D et encore plus contingentée.  Mais elle a choisi Concordia afin d'élargir un peu plus ses connaissances avant de se spécialiser dans un domaine ou dans un autre... 

3) Isabelle : après bien des remous causés par la grève des étudiants (Charest, je te déteste), elle termine sa session d'hiver du le 30 septembre, ceci lui causant bien des maux de tête, la session étant raccourcie de moitié mais la matière demeurant la même!  Elle travaille très très dur... Elle veut faire une technique en Réadaptation physique pour ensuite éventuellement continuer à l'Université en Kinésiologie ou en Physiothérapie.  

4) Emmanuel : entre en secondaire 4.  Aucune idée encore de ce qu'il veut faire, sauf chroniqueur automobile.  Pour ceux qui le connaissent, ce n'est sûrement pas surprenant!  

5) Magali : entre en secondaire 2, pleine de bonnes résolutions et entourée de meilleures amies que l'an dernier.  On devrait voir de beaux changements... A suivre!

+++++++++++++++++

Aujourd'hui, dîner avec ma copine Johanne.  Le reste du temps, probablement du ménage et encore du ménage... Mon but : vider la moitié de la maison afin de pouvoir commencer à penser à la vendre...un jour.


mercredi 15 février 2012

En pensant à toi...

En essayant de gérer méga-migraine et rangement de papiers (pas un bon moyen de calmer la migraine, je vous le jure!), je suis tombée sur un petit mot que j'avais écrit à ma grand-maman pour lire à ses funérailles et que je lui ai lu finalement en privé, juste entre elle et moi... Depuis qu'elle est partie, je lui parle souvent, je la sens plus proche maintenant que lorsqu'elle était à Montréal. Elle est décédée en août 2011, après une chute, à 97 ans 1/2.

Alors, pour ne pas perdre cet éloge à ma mémé, je le mets ici :

"Chère mémé,

Je comprends qu'après avoir rencontré Hitler, fait du vélo sous la mire d'avions allemands, exploré la Terre Sainte au milieu des mitraillettes, et ce plusieurs fois jusqu'à 80 ans, tenu tête à un officier allemand, traversé l'Atlantique de nombreuses fois et déménagé dans tous les coins de la France, tu ne pouvais pas partir de ce monde discrètement mais tu y as été un peu fort! Mais tu voulais sûrement te faire remarquer de là-haut et tu y as réussi.

Je suis immensément heureuse pour toi mais bien triste de ne plus pouvoir te parler de mes joies, mes peines, de ma famille dont je suis si fière et que tu aimais tant (avoue que tu avais un faible pour le petit Manu!). Cela me manquera aussi de ne plus échanger avec toi tous ces beaux souvenirs qui ont marqué mon enfance et mon adolescence :
- les fabuleux steaks-frites que tu cuisinais tous les dimanches et que nous venions partager avec pépé et toi, chacun notre tour
- tous les chandails que tu nous as si patiemment tricotés, à nous et à nos enfants, que nous avons si peu mis mais que je garde précieusement
- ta patience et ta résignation devant les bestioles à 4 pattes que je ramenais à la maison en cachette, en sachant que j'aurai une complice pour me couvrir!
- Ton écoute et tes merveilleux conseils devant mes révoltes d'adolescence pour lesquelles tu ne nous jugeais jamais même si parfois tu soupirais d'un air faussement désespéré "vous me faites damner"!
- Toutes les prières que tu as faites pour nous en soupirant (encore!) sur notre pratique religieuse défaillante qui t'inquiétait tellement et que tu suppliais sûrement à Dieu de nous pardonner!

Mais, bon, apparemment, nos frasques et tes nombreuses inquiétudes, souvent injustifiées, ne t'ont pas fait mourir jeune et nous avons squatté ta foi bien longtemps. Mais attention, ce n'est pas parce que je ne peux plus t'appeler que je te laisserai tranquille : j'ai bien l'intention de continuer à te demander conseils et prières en sachant que tu seras toujours dans nos coeurs pour y répondre et veiller sur nous!"

Et le texte de Catherine, qui était en Irlande au moment des funérailles, mais a voulu participer à sa façon. Ce texte a été lu pendant le service...

"Mémé,

je ne sais pas comment fonctionne l'univers et par quel vent tu recevras ce message, mais je me dis que du haut de ton nuage, tu peux tout entendre. Je me suis demandée si un ange ne portait pas déja ton nom. Si tel n'est pas le cas, maintenant il y a une Mémé Marguerite pour veiller sur nous. Marguerite, légère et fragile. Cette douceur qui t'habitait, je la voyais en toi à tout moment. Que ce soit quand tu tendais ton bras vers la table de chevet pour nous offrir un caramel ou lorsque tu tournais délicatement les pages du calendrier de maman en pointant une photo de moi tout en déclarant: << Tiens Isabelle, tu as bien changé dit donc.>> Je n'oublierais jamais ta petite voix au téléphone, toute heureuse lorsque tu nous reconnaissais à l'autre bout de la ligne. C'est un peu égoistement que j'aurais voulu te garder à nos cotés encore quelques temps, mais je sais que tu es maintenant prisonnière de l'étreinte de pépé et que ce n'est pas demain la veille où il va lâcher prise. J'aurais voulu entendre parler de lui, de vous d'eux. Ton histoire, je la connais par bribes de la bouche des autres, mais j'aurais tant aimé que tu me la contes. Je me console en me disant que je vis quotidiennement avec un brin de toi. Ton passage n'aura pas ete vain, tu nous a offert une mamie exceptionnelle et des parents incroyables à nous, tes arrières petits enfants. Du haut de tes 97 ans, tu me rappellais un peu cet arbre dans Pocahontas, le film de Disney. Je sais que ce n'est peut être pas la meilleure comparaison, mais ce film a marqué mon enfance comme toi tu a marqué ma vie. Ca me remonte le moral de me dire que jamais je ne pourrais t'oublier maisc a me crève le coeur de ne pas pouvoir etre présente lors de ton dernier et plus grand voyage. Veille sur nous Mémé, je t'aime du plus profond de mon coeur,

Cathou. xo"

vendredi 10 février 2012

Mise à jour

Non, rien à télécharger, juste à mémoriser jusqu'à la prochaine mise à jour... Comme les billets dans ce blog sont extrêmement erratiques ces derniers mois, j'ai eu quelques demandes de fan (remarquez "fan" sans "s", c'est parce que cela provenait de ma fan la plus assidue, ma maman) pour savoir où en était ma progéniture dans ses louvoiements estudiantins.

J'avoue que, ces temps-ci, je me le demande aussi. Essayons quand même de récapituler.

François, après avoir terminé sous menace parentale (sans fusil sur la tempe mais presque) un DEC en Sciences de la Nature à Gatineau en 2009 et pris une année sabattique, a recommencé un DEC en Techniques de Tourisme en 2010, à Laval. Il a fait 3 sessions (sur 6) dans ce domaine, jusqu'en décembre 2011, et a décidé d'arrêter et de changer de domaine d'études. Il a donc fait application à l'université pour faire un Baccalauréat en Enseignement des Sciences et Technologies au secondaire qu'il commencera en septembre, soit à l'Université de Montréal (son premier choix), à l'Uqam, ou à l'Université de Sherbrooke.

En attendant, il ramasse ses sous et travaille au Cosmodôme (en suivant une formation de 200 heures en même temps) comme animateur, guide, préposé à l'accueil, etc. Il adore d'ailleurs son travail!

Catherine, après avoir terminé brillamment un DEC en lettres, option cinéma, a pris aussi une année sabbatique et elle prépare son portfolio activement dans le but de l'envoyer à l'Université Concordia pour être acceptée au programme d'animation. Elle a été très découragée la semaine dernière quand, après avoir été encensée pour ses oeuvres de son primaire au Cégep, elle a présenté son portfolio à une rencontre informelle à Concordia et a reçu un accueil froid et dédaigneux pour son travail. Après une crise intense de découragement, elle a remonté ses manches et passe tout son temps libre à créer de nouvelles oeuvres plus conformes (plus classiques et moins originales, soupire sa mère) à ce qui semble plaire aux évaluateurs du programme. Elle assistera aussi cette fin de semaine à un "week-end d'introduction" qui consiste en une "formation-éclair visant à faire découvrir aux jeunes talents les techniques de base de l'infographie 3D ainsi que de l'animation par ordinateur", offerte par le Centre Nad, une genre de filiale de l'Université de Chicoutimi qui offre un baccalauréat en animation 3D qui l'intéresserait aussi éventuellement. Et, au pire des pires, elle est ouverte à l'idée de prendre une autre année sabbatique, mais à Montréal, pour fignoler son portfolio et suivre des ateliers de dessin et autres puis réessayer Concordia l'année prochaine. À suivre donc... Mais beaucoup de stress pour notre belle Cathou! En attendant, elle travaille toujours comme serveuse à un Club de Golf (très peu d'heures l'hiver, vous vous en douterez!) et, de temps en temps, comme secrétaire ou suppléante dans les écoles.

Quant à Isabelle, après avoir terminé son secondaire 5 avec une moyenne époustouflante, elle a été acceptée en techniques de réadaptation physique au Collège Montmorency à Laval et, après une session essouflante, elle aime beaucoup le programme et continue sans faiblir à accumuler bonnes notes sur bonnes notes malgré des cours dont le contenu fait dresser les cheveux sur la tête de sa mère qui n'arrive même pas à s'imaginer mémoriser le quart de ce qu'Isabelle doit apprendre... Par contre, sa vie sociale ne répond pas à ses attentes (très très élevées) et Isabelle pense de plus en plus à déménager en résidence pour se rapprocher de ses ami(e)s et avoir une vie sociale plus trépidante. François devra donc probablement bientôt se chercher un(e) coloc! Et papa-maman devront peut-être une xème fois rapatrier quelques meubles vers la maison...

Voilà pour les 3 plus vieux, on parlera des 2 plus jeunes une autre fois ;-)

lundi 23 janvier 2012

Cuba sì!!

De retour d'une semaine à Cuba avec mes deux grandes filles... En regardant le thermomètre, la neige, le bordel ambiant, le frigidaire vide, la semaine qui s'étend devant moi (sans Jacques qui est parti à Chalk River pour la semaine), ouf, j'ai juste envie d'y repartir dare-dare! Mais, bon, on ne se plaindra pas, une semaine de soleil et de chaleur, cà fait tellement de bien et cà recharge les batteries pour faire encore un petit bout d'hiver...

Quelques souvenirs :

- après plusieurs drinks bien arrosés de rhum (un drink au rhum là-bas comporte au moins la moitié du verre de rhum, sinon plus!), nous décidons de demander un drink sans alcool, alors nous voilà devant le barman à commander d'un ton assuré "un Cuba Libre sin alcool por favor". Malaise. Le barman rigole et nous sert... un coke. Avec un peu de citron pour faire semblant que c'est un drink spécial. Les fans de "Big Bang Theory" se souviendront que Sheldon avait fait un fou de lui en demandant la même chose dans un bar. Damn. Cà a été la dernière fois que nous avons demandé un "sin alcool", nous sommes plutôt passées au "un poquito alcool".

- toujours au bar (eh oui, on y a passé beaucoup de temps), le serveur nous sert en disant "pour les plus belles femmes de l'hôtel...". Je me rengorge jusqu'à ce qu'il ajoute "... et leur mama". Pffff. Nul.

- galoper à cheval le long des routes cubaines, aaah, quelle merveilleuse sensation!!! Mais le trot, ouch ouch ouch!

- la plongée en apnée... je m'en ennuie déjà...

- les compliments qui ont plu sur les filles toute la semaine, une vraie tempête!!!! C'est vrai que les cubains n'étaient pas avares de compliments vis-à-vis toute la gente féminine mais mes filles en ont eu plus que leur part! Un exemple :
Un cubain à Isabelle : "Québec"?
Isa : "oui"
Cubain : "aaah, mas perfecta!"

Sans compter les "muy linda", "muy bellas", "plus belles filles de l'hôtel", "magnifico" et j'en passe... J'avais l'impression d'être la marâtre qui suivaient deux top-models pour les surveiller...

"Quelques" photos ICI (avec les commentaires)...

Cela dit, ce n'est définitivement pas mon style de voyage mais c'est mon style de pays. Je rêve d'y retourner, sac au dos, et de me promener d'une ville à l'autre pour en connaître un peu plus sur ce magnifique pays et ses habitants d'une gentillesse inégalée!