mercredi 18 juillet 2018

Chalk River, prise 3 (3)

Petite grasse matinée jusqu'à 6 h 30 ce matin (wow) pour que l'homme-malade puisse se reposer.  Je l'amène au travail puis je vais me promener dans mes sentiers préférés (pas ceux de raquette, non merci, mais ceux de ski de fond!).  

Je me suis encore inondée de Off ce qui me protège relativement des moustiques mais pas des &$&* de mouches à chevreuil! Et je chante à tue-tête pour éloigner les ours surtout après avoir vu des cacas et des traces suspects sur le chemin.



On retourne ensuite se gratter et relaxer un peu à la maison.  Je dîne tôt puis je repars en direction de la crique Mackey où je testerai notre nouveau kayak gonflable une place. 



Premier défi, une fois le kayak gonflé, trouver le passage (s'il existe) sous l'autoroute qui me permettra d'atteindre la crique de l'autre côté.  Il y en a un, en effet, mais très bas, vais-je pouvoir passer sans devoir me dévisser la tête?  J'y vais!


Yééé, réussi!  Mais la tête bien baissée et en me poussant avec les mains à l'aide du plafond du tunnel.  Beurk.

Finalement, malgré des débuts un peu douloureux à cause des courbatures gagnées la veille en vélo, je pagaie 3 h 30 dans des paysages magnifiques.  J'explore tous les méandres de la crique et je surprends même un ourson qui déambule dans la forêt le long de l'eau.  Je suivrai quelque temps le bruit dans les feuilles avant de découvrir le responsable de ce remue-ménage.  Je me tiens quand même prudemment à distance, ne sachant trop les prouesses aquatiques qu'une maman ourse est capable d'accomplir!








mardi 17 juillet 2018

Chalk River, prise 3 (2)

Alors que la journée s'annonçait maussade d'après la météo, grand soleil ce matin!  Après avoir amené Jacques au travail, je profite donc de la température un peu fraîche pour aller explorer les supers sentiers de vélo que j'ai découverts lors de notre premier séjour de camping et qui sont tout près de la maison.

Malheureusement, j'ai vu un peu grand cette fois et les sentiers que j'ai pris sont beaucoup moins entretenus et beaucoup moins agréables que la dernière fois.  Il faut dire que ce sont des sentiers de raquette donc ils demandent un peu de neige pour être praticables!  C'est un vrai parcours du combattant et je dois continuer car il n'est pas question que je revienne sur mes pas et que je repasse par les mêmes difficultés (ha ha, je vais me perdre et revenir malgré moi aux mêmes endroits pénibles, pfff).


Bref, pendant ces 2 heures vraiment difficiles, j'ai réussi à :


- tracer mon chemin parmi des herbes plus hautes que moi qui m'ont joyeusement trempée de haut en bas (ça commençait bien!)

Voyez-vous le chemin?  La trace sombre dans les herbes...

- tomber moult fois sur la barre du milieu trop haute pour moi (je sais que ce serait pire si j'étais un homme, mais ça ne fait pas de bien, garanti!),

- affronter un pont qui ne payait pas de mine (deux fois car je me suis retrouvée sur le même chemin sans le vouloir)

- passer par-dessus le guidon lors d'un arrêt imprévu et brutal du vélo et tomber à quatre pattes dans la boue

- marcher dans des marécages et repêcher un soulier qui tenait mordicus à rester dans la boue

- me faire manger tout rond par des mouches à chevreuil voraces et des moustiques sanguinaires

- suivre le chemin et m'engouffrer dans des végétaux en pensant que ce ne sont que des longues herbes, comme d'habitude, mais que, en réalité, ce sont des rosiers sauvages extrêmement épineux (ouch!)

- ne pas rencontrer d'ours (ouf ouf ouf)

Jusque là, c'était pas si pire


Ça, c'était peu avant le pont et, pendant l'heure suivante, j'ai surtout poussé mon vélo à pied...


Les résultats de mes chutes et de mes rencontres avec la boue, les rosiers, les bibites, etc.



Mais, bon, il y a quand même de beaux endroits à Deep River, à preuve la magnifique plage déserte que j'ai découverte ce matin (mais interdite aux chiens, désolée Charlotte) : 


Et, parlant de Charlotte, voilà à quoi elle ressemblait après notre promenade à la Zec Dumoine, où elle a commencé par se frotter la face dans la boue avant de se rouler dans un tas de gros poissons morts.  Ark-ke!


Ça a pris 2 lavages pour le chien, un pour moi (mon deuxième de la journée après mon expédition en vélo du matin), et un deuxième lavage pour les vêtements (parce qu'ils sentaient le poisson et le chien mouillé après les deux lavages canins). 

Et la promenade n'était pas très amusante.  Marcher une heure dans des sentiers de quatre-roues en ayant peur de rencontrer (au choix) :
- un gars saoûl en quatre-roues
- un ours 
et en se faisant (eh oui, toujours) harceler par des mouches à chevreuil, bof bof.  Et je dirais même plus bof bof bof bof.

Et mon Jacques qui a annulé le souper au restaurant prévu pour ce soir car il ne se sent pas bien (genre de grippe qui commence).

Journée de m... finalement.  

lundi 16 juillet 2018

Chalk River, prise 3, du 16 au 19 juillet

Lever à 5 h 30, on remplit l'auto, on y ajoute Charlotte et on part vers 6 h 45.  Arrivée vers 9 h 00 à la centrale nucléaire, je laisse Jacques et je vais à la marina où je devrai patienter jusqu'à 13 heures avant d'avoir accès à la petite maison que nous avons louée ICI.

Je trouve l'endroit idéal au bord de l'eau : une table de pique-nique couverte, avec prise de courant pour brancher mon ordinateur!  Que demander de plus?  J'en profite pour rattraper mon retard sur mon scrapbooking.  





Mon pauvre toutou "full" crotté (2 semaines de camping + une méga-otite-infection, ça scrappe un beau poil blanc!)

dimanche 15 juillet 2018

Semaine du 8 au 12 juillet en camping à Chalk River

Bon, je dis à Chalk River, mais on en était loin!  Un peu trop. 45 minutes, c'est trop loin pour amener Jacques et aller le chercher le soir.  Et il faut se lever un peu trop tôt le matin pour qu'il puisse partir à 6h45. 

Dommage, car le camping était vraiment bien.  Avoir eu des enfants plus jeunes et que ce soit moins loin, c'était la place idéale pour être saisonnier : bien boisé, super propre, les plus belles toilettes que j'ai vues (6 salles de bains complètes), laverie, salle pour nettoyer les poissons, plein de jeux extérieurs avec matériel fourni (terrains de soccer, de badminton, de volley-ball, de basketball), jeux de ballons et de raquettes, parc, kayakees, canots, pédalos, vélo pour pédaler sur l'eau, plate-forme dans l'eau pour sauter, planches, disponibles à volonté avec rames et gilets de sauvetage gratuits, coin de plage réservé aux chiens, chaises Adirondack sur la plage, beaucoup d'arbres pour être à l'ombre, quai pour les bateaux, 3.5 km de sentiers dans la forêt autour...  

Bon, j'ai fait ma pub, copié de mon blogue de camping, maintenant je vous mets les photos!   À peu près dans l'ordre mais les journées se ressemblaient.  Après le départ de Jacques, j'allais me promener avec le chien dans les sentiers autour, environ 3,5 km, en espérant ne pas rencontrer d'ours (en marchant, je pratiquais ma technique du lancer du nunchaku avec la laisse du chien au cas où...).  Je laissais le chien dans la roulotte et j'allais emprunter un des kayakees du camping pour me promener sur la rivière.  Deux heures vers l'est une journée, 3 heures vers l'ouest une autre journée.  J'ai adoré.


Et le reste du temps, beaucoup de lecture, de préférence dans le hamac et beaucoup de scrapbooking à l'ordinateur (bien du rattrapage à faire!).  Bref, semaine très agréable, surtout qu'il y avait très peu de bibittes piquantes si on compare à notre premier séjour, deux semaines auparavant!





 La jolie plage

 À droite du quai, les chiens étaient autorisés sur la plage


Charlotte est plutôt lente et paresseuse quand on se promène...

 Et elle n'appréciait pas beaucoup mes raccourcis!

 "Oui, oui, j'arrive!"

Un énergumène bizarre!

 Des outardes


 Et une maman cane très occupée et très ébouriffée!


vendredi 13 juillet 2018

De beaux bébés!

En attendant la suite, voici de petits curieux rencontrés lors d'une promenade en auto dans les environs du camping où nous venons de passer 4 nuits, à 45 minutes à l'ouest de Chalk River.  Un peu loin du travail de Jacques mais tellement beau!


lundi 2 juillet 2018

Roadbook Saguenay-Lac St-Jean

Et vouâlâ notre roadbook (itinéraire en bon français) pour notre voyage au Saguenay-Lac St-Jean!  Cliquez ICI (sur le "ICI", là là, ou même si vous voulez).


dimanche 1 juillet 2018

Premier camping (4) - Jeudi 28 juin

Journée pluvieuse annoncée aujourd'hui, donc travail prévu au programme : je dois préparer le rapport d'activités pour l'assemblée générale de SOS Haïti qui aura lieu lundi après-midi.   Petite promenade traditionnelle matinale avec le chien (oui, les truites et les moustiques sont toujours là) puis je m'installe devant la grande fenêtre avec mon ordinateur et j'essaie de travailler.

Je termine une partie du travail vers 11 h.  Toujours pas de pluie, au contraire, le ciel semble s'éclaircir.  Quoi?  Il va faire beau?  Pas question de travailler quand il fait beau!!  J'ai deux options :
- aller découvrir en vélo les sentiers que j'ai trouvés hier au bout de la rue en face du camping et qui mènent à deux petits lacs.  Par contre, je ne sais pas s'ils sont cyclables mais je n'ai pas envie de les faire à pied : un vélo, c'est plus efficace pour fuir les ours et les bibittes qui piquent.  Et pour se retrouver si on se perd.

Autre option : aller à Deep River et pédaler vers Chalk River, aller-retour.  Cette option m'attire moins mais elle est plus sécuritaire, soyons raisonnable pour une fois.  Je dine, je prépare mes affaires, installe Charlotte confortablement dans la roulotte avec le ventilateur (oui, il fait chaud aujourd'hui, la canicule s'installe tranquillement) et je pars.

Stationnement à la marina de Deep River, en face de nombreux "house-boats" qui sont ancrés dans la baie.  Pas de piste cyclable en vue, aussi je prends les petites rues en essayant de longer la rivière le plus possible en direction de Chalk River.  D'après la carte, il semble qu'il n'y a pas vraiment de piste et qu'on ne peut pas longer la rivière par les rues, on verra bien!  Comme la veille, j'envoie un texto à Jacques pour lui dire ce que je fais et où je suis, au cas où il devrait me chercher.

15 minutes après, je suis déjà tannée de rouler dans des rues résidentielles.  Je m'ennuie de mes petits sentiers boisés, pas entretenus, qui m'offraient pas mal plus de défi que l'asphalte!  Aussi, lorsqu'en longeant un boisé, j'aperçois une entrée et des pancartes qui annoncent des sentiers de marche, je m'y engouffre.





Et je m'y perds joyeusement, à la recherche du marécage indiqué sur la carte à l'entrée !  Mais les petits sentiers sont agréables et plein de défis et, même si je me retrouve de temps en temps à l'entrée sans le vouloir, je fais demi-tour et j'en essaie de nouveaux.






Bon, ce n'est pas tout, mais le temps passe et il faut que je retourne au camping pour me préparer à aller chercher Jacques.  L'exploration de la route entre Deep River et Chalk River sera remise à un autre voyage mais je me promets bien de revenir m'amuser dans ce joli boisé et de le faire découvrir à Jacques!






Chalk River, prise 3 (3)

Petite grasse matinée jusqu'à 6 h 30 ce matin (wow) pour que l'homme-malade puisse se reposer.  Je l'amène au travail puis je va...