mardi 20 mai 2014

6ème journée (déjà!)

Changement de programme.  Normalement aujourd'hui, c'était relax.  Rien de prévu à l'horaire sauf la livraison de l'auto à l'hôtel en début d'après-midi, livraison confirmée par courriel la veille, par la compagnie America Rent-A-Car (une super expérience, pour ceux qui se cherchent une auto à louer dans le coin!).

Mais la météo s'annoncant menacante le lendemain et mes jambes me démangeant (dur dur l'idée de ne rien faire pendant 12 heures de suite!), je décide plutôt d'aller chercher l'auto au bureau de la compagnie à Tulum et d'aller faire les excursions prévues le lendemain et qui ne seront pas agréables s'il pleut abondamment comme prévu, soit : Coba (site archéologique) et Punta Laguna (réserve de singes).

Et, demain, au lieu de pleurer sous la pluie, nous pourrons partir une journée plus tôt que prévu pour Valladolid et profiter d'un peu plus de temps dans cette jolie ville coloniale.  L'homme bougonne un peu pour la forme (les boissons et la bouffe à volonté vont lui manquer!) mais il accepte le nouveau plan et nous partons vers 10h30 pour Tulum en collectivo.  En plus, nous avons besoin de sous et impossible d'en avoir aux ATM d'Akumal.

La "fameuse" arche d'Akumal qui nous accueille à l'entrée de la partie touristique
du village d'Akumal

La partie touristique, joliment pavée, d'Akumal

Le chemin ondulant vers l'autoroute et le collectivo

Nous trouvons facilement le (petit) bureau d'America Rent-a-Car à Tulum, le monsieur au comptoir nous dit de revenir dans une heure, qu'il va contacter son employé qui est à Playa Carmen et qui amènera l'auto de là.  Pas de problèmes, nous aimons bien Tulum et nous allons en profiter pour nous balader et aller à la banque.

Balade et banque effectuées, nous revenons au bureau de location, notre minuscule auto est là, Jacques essaie de figurer les pieds cubes disponibles dans l'auto vs les pieds cubes de nos bagages, on signe les papiers, avec toutes les assurances possibles et inimaginables, 220$ pour 5 jours, pas si pire!  Je ne suis pas encore convaincue que nous étions couverts adéquatement, genre on sait qu'on n'est pas couvert si NOUS reculons dans un poteau, mais je n'ai pas demandé ce qui arrivait si c'était dans une autre auto... M'enfin.  Heureusement rien n'est arrivé!


Ensuite, nous prenons possession de notre carosse et direction le poste d'essence le plus proche, l'aiguille de l'indicateur d'essence oscillant dangeureusement SOUS la limite la plus basse.  Je me méfie des postes d'essence à Tulum, plusieurs voyageurs ont vécu des mésaventures et se sont fait arnaquer alors je suis prête.  Ha ha.

Le pompiste arrive, me demande combien je veux, je dis "full".  Il fait signe que "ok", va à la pompe, je m'apprête à le surveiller avec mes yeux d'Aigle Malin mais un autre pompiste arrive et me fait signe d'ouvrir le coffre pour ??? Regarder l'huile??  Dans une auto neuve??  Non merci... Je proteste, il insiste, le premier pompiste revient à la fenêtre et me dit "50 pesos".  Il me fait croire alors qu'il avait compris que j'avais demandé pour 50 pesos d'essence (ben oui, toi, 5$, je vais aller loin!), je lui dis "non, non, full", il s'excuse et retourne pomper.  Le deuxième nous fait la conversation, je surveille quand même les chiffres, tout semble beau.

A la fin, le premier pompiste revient et nous dit que cà fait 436 mais c'est écrit 386, il nous parle du 50 pesos qu'il a mis au début, blablabla, je lui donne 500 pesos, pendant que l'autre nous montre une feuille où il fait des calculs savants de 386 + 50 = 436.  Cà va, j'ai compris!!!  Mais là, l'autre me remet "mon" billet en me disant que je me suis trompée, que je lui ai donné 50!!!

ARNAQUE!!

Mais je suis toute mêlée, je m'excuse et je reprends mon 50 et lui redonne 500.  Et pendant ce temps, Jacques paie aussi, c'est vraiment la foire.  Je lui dis que j'ai déjà payé, l'autre pompiste ne lui remet que la moitié de l'argent qu'il a donné, mais il ne s'en aperçoit pas, bref, de vrais pigeons...

Et pour bien finaliser le tout, Jacques lui laisse un tip.  C'est cà, roulez-vous par terre les gars.  Pffff...  Rendue là, je sais qu'on s'est fait pigeonner, mais il est trop tard.  L'aventure nous aura coûté environ 70$.  Vraiment nuls.  Alors, si vous allez à Tulum, ne prenez pas d'essence là :


Bon, on digère tant bien que mal notre amertume, mais nous sommes vraiment choqués.  Heureusement, ce sera notre seule aventure désagréable du voyage mais c'est vexant quand même.  Allez, on a une auto presque neuve, remplie d'essence, il fait presque beau, super chaud et on s'en va explorer la jungle du Yucatan, youpi!!

La route est rectiligne, très large, pas très fréquentée, bordée de temps à autre par quelques villages aux nombreuses boutiques artisanales colorées et aux encore-plus-nombreux "topes", ces fameuses bosses qui font parfois frémir Jacques par leur hauteur impressionnante.  Elles ne sont pas toutes clairement identifiées donc il faut faire très attention!




Arrivée à Coba... Le site étant assez étendu, nous avons le choix entre marcher, louer des vélos ou nous faire promener en genre de triporteur.  Que pensez-vous que nous avons choisi?  Les vélos, bien sûr.  Les chemins sont bien dégagés et c'est immensément agréable de pédaler au milieu de la jungle...  Il y'a beaucoup de monde, évidemment, mais nous en profitons pour squatter de temps en temps les groupes de touristes français de France (qui sont en majorité!) pour entendre les explications des guides sur les nombreuses structures mayas qui nous entourent.  Nous avons aussi la chance de gravir notre première pyramide, il faut en profiter pendant que nous avons encore le droit, mais, ouf, toute une aventure!
Psst, il y'a beaucoup de photos, n'oubliez pas de cliquer sur la première et vous aurez un beau diaporama de toutes les photos d'un coup, en plus gros format en plus!


 

Un joli serpent, tellement long qu'il est impossible de le prendre au complet en photo! Inoffensif, il parait, mais je n'ai pas été lui faire de bec quand même...






Je surveille tous les petits chemins qui partent du chemin principal et m'empresse de les prendre.  Jacques, résigné, me suit toujours.  Au bout de l'un de ces chemins : un immense lac.  Un ballet de papillons nous accueille sur le bord, c'est très joli et très paisible, loin de la foule sur le site.

Un sentier pédestre s'ouvre dans la jungle et, évidemment, je m'y engouffre.  Jacques est beaucoup moins enthousiaste et me suit en bougonnant jusqu'à ce que, dégoûté par les plantes qui le griffent au passage, il déclare forfait et me laisse continuer seule en me disant qu'il m'attendra.

Évidemment, je ne continue pas très loin, pas parce que j'ai peur mais parce que je ne veux pas le laisser seul trop longtemps.  Dommage, j'aurais VRAIMENT aimé explorer ce sentier dans la jungle!!




Nous retournons à la civilisation et visitons les derniers monuments du site.  

 

Bon, nous rendons les vélos, et nous reprenons l'auto, direction Punta Laguna, à environ 20 kilomètres, au bout d'une route totalement droite, bordée directement par la jungle (pas d'accotement, cette fois).  


Punta Laguna est en pleine région maya et les profits des revenus générés par le tourisme dans cette réserve servent à aider la population maya autour de la réserve.  Il est environ 15h30, l'heure où les singes se réveillent et, en effet, nous en verrons beaucoup grâce à notre guide et à des biologistes américains très sympathiques (nous retrouverons l'un d'eux, un étudiant, lors de son congé à l'auberge de jeunesse de Valladolid).


 
 
 
Ensuite, retour à l'hôtel, souper et dodo.  Demain, nous faisons nos bagages et nous partons pour Valladolid, youpiii! 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Une nouvelle maison

Bon, pas tout à fait, mais c'est une version améliorée de notre vieille demeure.  D'abord, la terrasse : Puis, enfin...