samedi 20 juin 2015

Jardinière en (mauvaise) herbe

Après 15 ans de grève du jardinage, nous nous y sommes remis cette année à la demande de Jacques, jaloux du potager de son copain Philippe.  D'ailleurs, les dés étaient jetés lorsque le-dit copain a donné des plants de tomates et divers sachets de graines-maison à Jacques avec les directives pour les planter (on s'entend que Jacques est un homme et que les hommes, cà ne suit pas les instructions, mais bon...).

Alors, donc : nous avons loué une débroussailleuse et retourné le coin potager abandonné depuis 15 ans.

Avant

Après

Nous avons aussi vidé le tas de compost pas tout-à-fait composté qui stagnait depuis 18 ans dans un vieux bac de compost abandonné et Jacques y a planté ses graines de tournesol, melon et citrouille (ou qq chose du genre, gros et envahissant en tout cas!). Il y'en a 4 courageuses qui ont germé (même les graines de tournesols ont refusé de germer; d'après moi, elles ont eu peur de leur environnement louche...).

Après un mois : 



Le tas de vieux compost pas composté 


Nous avons aussi pu profiter de la générosité de la ville qui a une politique de compostage extraordinaire.  Ainsi, des bacs de compostage sont remis à tous les foyers et nous pouvons y mettre tous les déchets organiques y compris la viande, les cartons de pizzas, etc.  Ces déchets sont ramassés chaque semaine et, une fois par année, la ville redistribue gratuitement des sacs de compost aux citoyens qui le désirent.


Et, pour encourager Jacques dans son entreprise, j'ai planté les plants de tomates. Après avoir soigneusement et douloureusement enlevé toutes les mauvaises herbes qui avaient été retournées par la débroussailleuse sous l'oeil un peu narquois de Jacques qui trouvait que je travaillais pour rien (on comprend pourquoi "son" jardin ressemble à un tas de vieux compost (voir ci-haut). Et ensuite, j'ai planté d'autres plants de tomates.  Et des plans de courgettes et de piments verts.  Des plants de haricots.  Des graines d'haricots.  Des plans et des graines d'haricots grimpants.  Des tonnes de haricots. Des plans et des graines de concombres.  Des graines de carottes.  Des graines de radis.  Des oignons et des oignons verts.  Un plant de piments forts. De la laitue. Du basilic et autres fines herbes. Alouette.

Mon potager

Et des fleurs, chasseuses d'insectes : lavande, cosmos, souci, bourrache, capucine...

On a même trouvé un reste de groseillier sous l'horrible érable tout croche qui osait squatter mon potager.  Il fait un peu pitié cette année mais il devrait reprendre du poil de la bête pour l'été prochain.

L'école nous a aussi offert deux cerisiers et un pin blanc qui ont trouvé place dans le jardin.

Comme je n'ai pas le pouce vert, la plupart des graines n'ont pas poussé (sauf les capucines et les radis) mais les plants ont résisté (même si certains plants de tomates et de concombres ont eu plus de difficulté).  Et nous avons même pu savourer nos premiers radis et nos premières laitues!

Bientôt dans un prochain épisode palpitant : le "paysagement" devant la maison !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire